Conseil à Abu Dhabi sur les puits de carbone bleu

Expertise associée : Services de conseil
Date de début : 2009

Les mangroves, une variété de forêt côtière, ont la capacité d’absorber le carbone présent dans l’atmosphère et les océans. En 2013, des chercheurs du Smithsonian ont travaillé en étroite collaboration avec le ministère de l’Environnement d’Abu Dhabi en vue de la quantification du carbone stocké par cette végétation majeure. Ils ont également formé des dizaines d’étudiants émiratis (dont deux tiers de femmes) au suivi des écosystèmes et à l’évaluation du carbone.

Le biogéochimiste Patrick (Pat) Megonigal a rejoint une équipe internationale à Abu Dhabi pour travailler à un projet de quantification de la capacité de stockage de carbone des systèmes de mangroves côtières, ces « réservoirs de carbone bleu ». 

Le projet visait notamment à former les scientifiques employés par le gouvernement et les étudiants volontaires aux techniques de prélèvement des végétaux et du sol. Ils ont également appris à analyser la teneur en carbone des échantillons.

Les efforts d’Abu Dhabi en matière de préservation de ses écosystèmes côtiers remontent aux années 1950. Grand producteur de pétrole, les Émirats arabes unis avaient d’autant plus intérêt à maximiser la capacité de leur littoral à emmagasiner le carbone. « Ils s’intéressent aussi aux écosystèmes de carbone bleu pour leur comportement énergétique, note Pat. Et l’idée que cela puisse les aider à devenir neutre en carbone, du moins en tant que pays, les intrigue. »

 

En savoir plus sur ce projet

Conseil à Abou Dhabi sur les puits de carbone bleu et le rôle des mangroves dans l’atténuation climatique