Le télescope géant Magellan

Expertise associée : Technologie
Date de début : 2015

L'observatoire d'astrophysique du Smithsonian, aidé de ses partenaires internationaux, met au point une nouvelle génération de télescopes les plus grands et les plus puissants du monde. Une fois prêt à l'emploi, le télescope géant Magellan (GMT) sera le plus grand télescope optique du monde. Il détrônera le télescope spatial Hubble, offrant des images de l'univers 10 fois plus nettes que son prédécesseur.

Le GMT, qui devrait être opérationnel dès 2021, explorera les confins de l'univers en quête de signes de vie.

Les préparatifs sont déjà en cours à l'Observatoire de Las Campanas, dans les Andes chiliennes. Dans le désert isolé d'Atacama, le GMT jouira du ciel le plus dégagé et le plus sec du globe. Le télescope final mesurant 25 mètres de haut sera équipé de sept miroirs, les plus imposants jamais déployés. Chacun de ces miroirs mesurera 8,4 mètres de diamètre, totalisant plus de 380 m² de surface captant la lumière. Les miroirs principaux du GMT sont élaborés au Steward Observatory Mirror Lab (SOML) à Tucson (Arizona).

Les partenaires du Smithsonian au sein du groupe GMT comprennent : l'Université nationale australienne, Astronomy Australia Limited, la fondation Carnegie Institution, l'Université de Harvard, le Korea Astronomy and Space Science Institute, la Fondation de recherche de l'État de São Paulo (FAPESP), l'Université du Texas à Austin, l’Université A&M au Texas, l'Université d'Arizona et l'Université de Chicago.

Le groupe international GMT a choisi l'observatoire d'astrophysique du Smithsonian pour construire son tout nouveau spectrographe ultra-puissant, le GMT-Consortium Large Earth Finder (G-CLEF). Cet instrument sera le seul à être principalement rattaché au GMT. Le GMT et le G-CLEF pourront détecter ensemble des planètes aussi grosses que la terre dans les zones chaudes et habitables d'étoiles distantes.

Ce télescope novateur retracera le passé enfoui de l'univers, sondera l'histoire du Big Bang et la formation des toutes premières étoiles, galaxies et trous noirs. Si nul ne peut anticiper les découvertes du GMT, les scientifiques espèrent néanmoins répondre à l'éternelle question : « Sommes-nous seuls dans l'univers ? »