En Syrie comme en Irak, l’instabilité politique et les conflits menacent l’intégrité et la sécurité du patrimoine culturel. Or, le patrimoine culturel aide les communautés et les nations à se reconstruire et à prospérer à la suite de violences dévastatrices et de catastrophes naturelles. Il ne s’agit pas simplement de sauver des objets et des monuments historiques, mais aussi de préserver des sociétés entières, avec leurs modes de vie. En association avec les muséologues et professionnels de la culture de Syrie et d’Irak, le Smithsonian offre formations, équipement et assistance technique en vue de la protection et de la préservation du patrimoine culturel sur le terrain.  

Le projet de sauvegarde du patrimoine de Syrie et d’Irak est un consortium regroupant le Smithsonian, le Penn Cultural Heritage Center du Musée de l’Université de Pennsylvanie, l’Association américaine pour l’avancement des sciences, l’Université Shawnee State, l’association The Day After et l’Institut de la paix. Par des recherches, des formations de muséologues locaux, des actions de sensibilisation du public et la surveillance des destructions à l’aide de technologies modernes, le projet s’attaque aux menaces qui pèsent sur le patrimoine culturel du Moyen-Orient

À l’été 2014, le Smithsonian a organisé un atelier de mesures d’urgence pour les muséologues syriens afin de leur transmettre son expertise en matière de soins d’urgence pour les collections de musées. Corine Wegener, responsable de la préservation du patrimoine culturel au Smithsonian, Robert Patterson, spécialiste des expositions au Musée national des Indiens d’Amérique, et des collègues de l’Université de Pennsylvanie et de l’Université Shawnee State ont expliqué aux participants les moyens de sauvegarder les collections de musée pendant le conflit syrien

L’atelier a également fourni le matériel de base pour l’emballage et la mise en sécurité des collections du musée. Les participants à l’atelier ont pu discuter entre confrères de la situation en Syrie et de la coordination des interventions d’urgence. À cause du conflit, il est rare en effet que les conservateurs de musées syriens puissent communiquer facilement entre eux. L’atelier leur a donné l’occasion de se constituer en réseau et de découvrir des moyens de protéger les objets en place. 

Achat de kits de secours. 
Crédit photo : Corine Wegener.
Achat de kits de secours. Crédit photo : Corine Wegener.

Le Smithsonian a fourni aux participants l’équipement et les articles requis pour assurer la sécurité des objets en Syrie, notamment la collection impossible à déplacer des mosaïques du Musée de Ma’arra, dans la province d’Idlib. Le Musée des mosaïques de Ma’arra, situé à environ 80 kilomètres au sud d’Alep, abrite l’une des plus importantes collections de mosaïques romaines et byzantines du Moyen-Orient, datées du troisième au sixième siècles de notre ère.

Le Musée des mosaïques de Ma’arra a été gravement endommagé à la suite de la guerre civile qui ravage le pays. Le Smithsonian a soutenu les mesures de conservation et de protection d’urgence prises par des experts du patrimoine culturel syrien et des bénévoles dans le but de préserver cette collection inestimable.

Crédit photo : Cori Wegener.
Crédit photo : Cori Wegener.

Le projet de protection d’urgence visait à protéger les mosaïques de dommages supplémentaires pendant le conflit. Après consultation d’experts en conservation des mosaïques, l’équipe syrienne a appliqué une couche de colle et de tissu pour consolider et maintenir ensemble les abacules (les cubes d’une mosaïque). Plusieurs camions de sacs de sable ont ensuite été utilisés pour protéger les mosaïques d’autres dégâts. Au total, 150 mètres carrés de mosaïques ont été protégés

Crédit photo : Cori Wegener.
Crédit photo : Cori Wegener.

Lorsqu’une bombe a gravement endommagé le musée en juin 2015, les barrières de sacs de sable ont tenu, protégeant les mosaïques et empêchant l’effondrement des murs qui les portaient.

Crédit photo : Cori Wegener.
Crédit photo : Cori Wegener.

« Le projet de stabilisation du musée de Ma’arra démontre la volonté de nos confrères syriens de préserver leur patrimoine malgré le conflit armé », explique Corine. « Je suis très fière que le Smithsonian ait pu soutenir leurs efforts. Nous sommes impatients de retravailler avec eux, comme avec les autres collègues qui s'efforcent de sauvegarder des patrimoines en péril à travers le monde. »  

 

Fermer